Nous ne nous sommes pas trop mal habitués à l'altitude et la marche se fait plus facilement (1h environ tout de même). Enfin arrivés, nous assistons à un semi conseil municipal, sur la place publique, débutant par un lever de drapeaux (du Pérou et de la communauté) et ayant également lieu tous les dimanches. Bon nombre d'habitants est présent où chacun a revêtu sa tenue du dimanche, les femmes étant en habit traditionnel.
Nous comprenons peu ce qui est dit, les locuteurs utilisant un mélange de Quechua et d'Espagnol. Mais nous arrivons à entendre qu'ils parlent beaucoup des touristes, sans en savoir le vif du sujet. Le conseil terminé, nous allons chez la soeur d'Andrés prendre un repas plus que consistant que Rufina nous a préparé avec soin à la maison.
Après digestion et repos, nous voilà en route, à deux pas de là, pour assister au tournoi de football. Les équipes sont en fait composées de cinq joueurs et les matchs se jouent sur un terrain de handball. Les joueurs sont plus ou moins âgés. Nous voyons par leurs tenues parfois dépareillées, leur peu de moyens. Malgré tout le jeu à l'air de leur tenir à coeur et parfois comme les vrais, on simule une blessure !

Nous apprenons grâce à Andrés, que le grand terrain est utilisé pour la finale du championnat où évidemment ils jouent à 11 ! Egalement, un tournoi national y est organisé une fois par an, avec de grandes équipes comme Lima ou Puno.

Nous rentrons tranquillement. En arrivant à la maison, nous filmons la famille, nous les questionnons sur leur quotidien. Andrés nous répond sereinement, sans se plaindre, parce que la vie ici c'est ainsi, malgré les difficultés qu'ils vivent au quotidien. C'est tour de même une jolie petite famille soudée, heureuse et chaleureuse ! Andrés est fier de ses enfants.

Cliquez ici pour voir une galerie de photos sur les habitants de l'île
Et pour ceux qui ont deja lu hier l'article precedent (A la decouverte de Amantani), nous y avons ajoute un lien vers la galerie des paysages de l'île.