Il s'agit de la célébration de l'arrivée des fondateurs de la lignée des Incas, Manco Capac et Mama Occlo, car ne l'oublions pas, nous sommes au pays des Incas, le peuple-empereur.
Manco Capac est le chef de tribus, grand prêtre du Dieu-Soleil. Son emblême était un fétiche en forme d'oiseau, qui lui servait d'oracle. Sous la direction de l'oiseau oracle, il dirigea la tribus vers le Nord, à la recherche d'un empire. Manco avait en sa possession un baton en or qui devait s'enfoncer dans la terre pour indiquer, selon une prophétie, le lieu où l'empire devait être fondé. C'est ainsi que fut désigné le site de Cuzco, future capitale de l'empire Inca. (Guide du Routard, Pérou Bolivie, 2008-2009).

La procession du 5 novembre se passe ainsi : des acteurs représentant les membres de la tribu arrivent sur d'immenses barques par le lac Titicaca et défilent ensuite dans les rues de Puno jusqu'au stade, où ont lieu danses et rites. Nous ne sommes pas allés jusqu'au stade, l'entrée étant payante. Pendant le défilé, la "tribu" est suivie par différentes communautés péruviennes qui ont des tenues, danses et musiques diversifiées. Nous n'avons malheureusement pas pu nous renseigner plus sur les particularités et origines de chaque communauté dans la mesure où ils étaient en train de défiler.

Vous trouverez ici la galerie photo.

Cette fête, de ce que nous en avons vu, est très populaire et aussi à voir, mais nous nous questionnons sur l'intérêt : est-ce juste par habitude ou tradition, ou réellement par croyance qu'ils représentent chaque année exactement la même procession ? Nous avons aussi appris qu'au stade, ils sacrifient un lama. Là encore, est-ce juste pour le spectacle ou vraiment par croyance, car ce n'est pas rien que de sacrifier un animal !?

Cet après-midi, nous partons enfin récupérer nos bagages à l'aéroport de Juliaca. Petits détails : nous avons fait environ 2h30 de route aller/retour, patienté 1h à l'aéroport et dépensé 60NS pour le transport. En bref du temps perdu inutilement ! Mais le principal est que nous les ayons.